Menu
Accueil Activités Projets Thèmes Contact

th701 - L'art de la négociation - 3 cités jardins - recherche PUCA

Statut

L'art de la négociation - 3 cités jardins - recherche PUCA - 2008_2011

th701

Commanditaire : PUCA, ministère de l’Équipement

Sujet : : « Art (l’) de la négociation. Entre patrimoine architectural et dynamique urbaine, les cités-jardins de Stains, du Pré-Saint-Gervais et de Vaulx-en-Velin »

Équipe : Cette recherche a été conduite par Ginette Baty-Tornikian, sociologue. L’équipe était composée, outre la chef de file, de trois chercheurs, Philippe Villien architecte urbaniste, Nadège Bonnet-Chelhi, ethnographe, Vanessa Fernandez, architecte chercheuse.

Partenaires : Rattachement de l’équipe : École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville. Le laboratoire dans lequel a été faite cette recherche est l’IPRAUS, laboratoire regroupé au sein du plus vaste UMR AUSser 3329.

Publication : Baty-Tornikian et al. 2010 : Ginette Baty-Tornikian, Nadège Bonnet-Chelhi, Vanessa Fernandez, Philippe Villien, L’art de la négociation. Entre patrimoine architectural et dynamique urbaine. Les cités-jardins de Stains, du Pré-Saint-Gervais et de Vaulx-en-Velin, Paris, École Nationale Supérieure d'Architecture de Paris-Belleville, 2010. Recherche PUCA 1390, Marché P08-24/0800067, 225 pages.

Villien 2012 c : Ginette Baty-Tornikian, Nadège Bonnet-Chelhi, Vanessa Fernandez, Philippe Villien, « L’architecte et la négociation : savoir-vivre et mode d’emploi », dans l’ouvrage de Pascal Chombart de Lauwe, Le Projet négocié, Paris, Éditions PUCA Recherche n° 206, 2012, pages 71 à 91.

Résumé de la recherche
(NB : le « nous » du passage suivant se réfère à l’équipe de recherche.)
Cette recherche vise à montrer le rôle et l'influence de la négociation sur l'évolution du projet en mettant en exergue trois types d'architectes (architectes de l'habitat, du projet urbain et du patrimoine urbain) face à la question de l'évolution architecturale, technique et sociale de trois cités-jardins : au Pré-Saint-Gervais, à Stains, et ZAC TASE (friches de l'usine des Textiles Artificiels du Sud-Est et ses cités d'habitation) à Villeurbanne Vaulx-en-Velin. Après une présentation de ces sites à travers des récits ethnographiques, nous décrivons des processus de projets de rénovation, montrant l'imbrication, décrivant la multiplicité des acteurs et le rôle de négociation. Nous proposons ensuite des portraits de protagonistes de cette négociation. Ils commentent la question de la négociation telle qu'elle leur est apparue en soulignant les moments et étapes clés de la construction de projet.

Portée de la recherche
Ma compétence était celle de l’urbaniste, expert du projet urbain du point de vue de sa conception. Mon rôle a été double en tant qu’analyste mais également comme sujet de la recherche. J’ai ainsi été « soumis » aux entretiens ethnologiques qui ont analysé une des trois cités-jardins de la recherche, en tant qu’acteur du projet urbain que j’avais conduit. Ma contribution comme coproducteur de la recherche a pris deux formes : celle d’apports analytiques sur le fond, et par la conception des diagrammes de jeux d’acteurs et des temporalités des projets étudiés. Je suis également intervenu dans les séminaires associés à ce programme. Le titre complet de la recherche, « L’art de la négociation. Entre patrimoine architectural et dynamique urbaine. Les cités-jardins de Stains, du Pré-Saint-Gervais et de Vaulx-en-Velin », donne une idée du sujet et des objets étudiés. La méthodologie de la recherche repose sur la technique des entretiens ethnographiques semi-directifs et par l’observation in situ par l’ethnographe de l’équipe de dix ateliers de concertation qui ont eu lieu au Grand Lyon. Les entretiens portaient sur l’expérience professionnelle que j’avais eue à propos du projet d’urbanisme étudié, le projet d’une ZAC (Zone d’Aménagement Concerté) à Villeurbanne et Vaulx-en-Velin, dénommée « Carré de Soie » entre 2008 et 2009. La maîtrise d’ouvrage, d’une particulière complexité, était conduite par le Grand Lyon. La mission analysée dans la recherche était celle de l’architecte urbaniste en chef du nouveau quartier. Celui-ci avait beaucoup d’ampleur, s’agissant d’un grand projet urbain comportant plus de 2 500 logements. J’ai été retenu pour faire ce projet urbain en 2008 par un appel d’offres. Le projet consistait à renouveler le quartier industriel existant, tombé progressivement en friche, en quartier d’habitation et de bureaux essentiellement. Ce nouveau quartier intégrait une partie de cité-jardin des années 1930, la cité Tase. Les acteurs de cette mission d’urbaniste étaient très nombreux, avec des rôles imbriqués. Un personnage a été déterminant dans ce processus, Joseph Salamon. Il était chef de projet pour le Grand Lyon et c’est lui qui a joué un rôle moteur pour nous choisir comme mandataire de l’équipe d’urbanisme. Il est notable que Joseph Salamon soit architecte, docteur en urbanisme et HDR. Il partage depuis ce moment-là son temps entre l’urbanisme opérationnel dans la maîtrise d’ouvrage publique et l’enseignement supérieur en urbanisme. Ce type de double expérience, professionnelle et universitaire, menée dans la durée est rare dans le monde de l’urbanisme. Ma compétence pour diriger ce type de grand projet urbain a été reconnue grâce à la distinction du Palmarès des Jeunes Urbanistes de 2005 puisque l’appel d’offres portait sur les références urbaines et sur la note de méthodologie assortie d’une offre financière de prestations intellectuelles. Cette mission a duré deux années et a été interrompue par la maîtrise d’ouvrage. La raison principale de cet arrêt de mission est l’inadéquation du projet face aux impératifs économiques du Grand Lyon. Ce projet entraînait un déficit financier qui n’était pas défendable à cette période-là. La maîtrise d’ouvrage a mis fin à la mission. La recherche du PUCA analyse cette trajectoire : de la commande à la résiliation du marché d’études, après plus de deux années complètes d’un important travail urbanistique, avec de nombreux acteurs. Une longue et riche phase de concertation a eu lieu sur de nombreux mois, basée sur une dizaine d’ateliers thématiques, qui sont restés pour nous une expérience unique par leur quantité et leur qualité. La recherche analyse le déroulement de la mission urbaine et le jeu d’acteurs qui l’a conditionné. La négociation du projet y est décortiquée. Les conclusions de la recherche mettent en lumière les jeux d’acteurs de la maîtrise d’ouvrage complexe d’une grande métropole.

Document lié : villien_philippe_th7_recherche_rapport_negociation_partimoine_architectural_2010.pdf

Voir aussi :

Activités : TH7

Thème majeur : jeu d'acteurs

Notions - mots clefs : négociation, urbanisme, écoquartier, cité-jardin

Famille : public logement

Échelle : L,XL

facebook Linkedin Viadeo